Christophe Barbier RAP A GLAND

 

Ce bon gros gland de Christophe Barbier.

Mercredi 16 août 2017, une odeur infernale de foutre s’empare du web français. Dans une sortie de route médiatique digne de la célèbre nationale 79, Christophe Barbier, l’éditorialiste en chef de L’Express, imagine un rap que les conseillers d’Emmanuel Macron auraient coécrit pour remonter sa cote de popularité. L’une chante alors que l’autre « fait du beatbox avec la bouche » (il a vraiment écrit « fait du beatbox avec la bouche »). Autrement dit, Christophe – pour les intimes – est en roue libre. Il a décidé de chier sur les murs et de cacher la serpillère.

Dès les premières lignes de ce rap-fiction d’outre-tombe, on est saisi par un profond sentiment de malaise ; un peu comme si, dans une boîte échangiste, on surprenait tonton sur maman et papa qui filme :

« Yo ! Yo ! Je suis le Kid, je suis le boss/Je suis le Prez, pour vous je bosse (…) ».

Christophe poursuit avec un refrain rédigé dans la même veine de toxicomane :

« J’ai tapé Trump, t’as vu la trempe ?/Cogner Poutine, c’est ma routine (…) ».

En poésie, on parle de rime pauvre. Christophe Barbier vient d’inventer la rime punk à chien et il a plus de chance qu’on lui propose une corde pour se pendre qu’une collaboration avec la planète rap. Pourvu que la branche soit solide.

Sans surprise, avec sa prose remplie de clichés, Christophe a provoqué une tempête de merde de force 666. Mais Christophe ne s’est pas démonté. Interrogé par France Info, il a persisté et il a signé :

« Je vais peut-être mettre en scène Macron dans une battle à Bercy avec d’autres rappeurs ».

Je demande un temps mort. Qu’est-ce qui se passe Christophe !? Est-ce que tu traverses une phase de dépression ? Tu veux un anxiolytique ?

Depuis toujours, Christophe Barbier se caractérise par son style inimitable (et heureusement inimité). Il a tout de suite compris que, s’il voulait sortir de la masse des moldus médiatiques, il devait se singulariser. Si bien que pour rejoindre la première division des plateaux télé et devenir une star du journalisme, Christophe a déployé une stratégie impactante en 3 axes :

1. Un logo : comme Aristide Bruant avant lui, Christophe ne sort jamais sans une écharpe rouge nonchalamment posée sur ces deux épaules. Du coup, avec sa tête de canton suisse, il a l’air d’un cadeau perpétuellement ouvert. C’est un poil ridicule – surtout en période de canicule – mais ça marque les esprits, et puis ce serait un hommage à ses ancêtres Touaregs.

2. Du contenu : Christophe Barbier est l’un des premiers éditorialistes à avoir pris la parole en vidéo. Chaque jour, il partage ses analyses dans des mises en scène à cheval entre le porno amateur et la sitcom fauchée. Une fois, probablement victime d’une intoxication alimentaire, il s’est même caché derrière une plante en forme de palmier pour expliquer aux Français qu’ils devaient renoncer à leur cinquième semaine de congés. Étonnant non ?

3. La surprise : Christophe est toujours là où on l’attend le moins. C’est sa plus grande force, son super pouvoir à lui. Passionné de théâtre, il monte sur les planches au côté de l’humoriste Marc Jolivet (no shit) avant de tourner dans Doutes, une bouse filmique dont le visionnage de la seule bande-annonce suffirait à donner des envies de suicide à un gagnant de l’Euromillion.

Bousiller pour rigoler. Il suffit d’être du bon côté. Afin de parfaire sa triple stratégie et de protéger son rond de serviette sur les plateaux télé, Christophe Barbier s’est spécialisé dans la servitude. Christophe est un maître dans l’art de toujours se trouver du bon côté de la batte de baseball médiatique. C’est un suceur de nœuds qui ferait passer la chatte vermeille de Brigitte Lahaie pour un bouquet de jonquilles et Katsumi pour une simple joueuse de flûte.

C’est lors de la dernière élection présidentielle que Christophe a fait exploser ses talents de fellatrice, pratiquant, dans des déclarations de quasi soutien, des gorges profondes abyssales au candidat Macron. Aujourd’hui, il poursuit sa besogne avec ce rap qui rappelle les poèmes soviétiques que l’on écrivait à la gloire de Staline. Deviendrait-il aussi rouge que son écharpe !? Si oui, faut-il l’inscrire sur Insoumeetic ?

 

Source : fier-panda.fr

Share Button

F.Hollande E.Macron ÉLYSÉEUM

Réforme du Code du travail : le tacle de Hollande séduit le PS et agace la majorité.

L’ex-chef de l’état est sorti de sa réserve, mardi, à Angoulême, en mettant en garde Emmanuel Macron sur la réforme du Code du travail.

Qu’elles paraissent loin les photos où un François Hollande paternel faisait tendrement, sous l’Arc de Triomphe, l’accolade à son ancien conseiller devenu Président, Emmanuel Macron. L’ex-président de la République est sorti de sa réserve, mardi 22 août.

François Hollande a profité d’un déplacement au festival du film francophone d’Angoulême pour mettre en garde son successeur à l’Élysée : « Il ne faudrait pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles », a-t-il dit, en faisant allusion à la réforme du Code du travail qui entre cette semaine dans sa dernière ligne droite.

« Il n’a pas quitté la scène politique »

Cette petite « piqûre de rappel socialiste », est-elle une autopromotion de son bilan ou le signe qu’il a envie de revenir ? « Je ne crois pas qu’il soit parti. Il a juste quitté l’Élysée mais il n’a pas quitté la scène politique, affirme Sébastien Denaja, ancien député hollandais et désormais porte-parole du PS.Sur le fond, la question que pose François Hollande est importante : la loi de finances va se préparer et on voit aujourd’hui un gouvernement prêt à demander des sacrifices aux Français alors même qu’il est prêt à épargner 3 000 contribuables de l’ISF pour un montant d’à peu près 3 milliards [d’euros]. »

 

Source & suite : msn.com/fr-fr/actualite

Share Button

Emmanuel Macron BON POINT OR NOT BON POINT

 

Macron distribue les bons et les mauvais points à ses ministres.

Selon Le Canard enchaîné, dans son édition à paraître ce mercredi, Emmanuel Macron s’est récemment laissé aller à quelques commentaires sur son appréciation du travail des différents ministres.

Source : bfmtv.com

Share Button

Jean Marie Le Pen MES MÉMOIRES

Jean-Marie Le Pen va publier le premier tome de ses Mémoires début 2018.

Jean-Marie Le Pen a fini d’écrire le premier tome de ses Mémoires. Il devrait paraître début 2018.

500 pages pour évoquer toute la première partie de sa vie, de son enfance à la fondation du Front national, en 1972. Jean-Marie Le Pen a, au cours de l’été, terminer l’écriture du premier tome de ses Mémoires.

Parution en janvier ou février 2018.Selon le Parisien, l’ancien candidat à la présidentielle espère que ce premier opus sera publié au début de l’année 2018, en janvier ou en février. Le nom de la maison d’édition qui le publiera n’est en revanche pas encore arrêté.

Le quotidien annonce également que le second tome des Mémoires du père de Marine Le Pen est en cours d’écriture et pourrait être publié fin 2018.

 

Source : europe1.fr

Share Button

Darmanin Lecornu Casanova LA FRENCH

Deux ministres louent la villa en Corse d’un repris de justice.

Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin ont loué une villa dans la région ajaccienne. Pas de chance : c’est celle de l’ancien président de la chambre de commerce d’Ajaccio, condamné pour trafic de drogue international.

 

Dimanche 13 août à 17 h 40, deux ministres ont débarqué ensemble du vol de Paris à l’aéroport d’Ajaccio : Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre chargé de la transition énergétique, et Gérald Darmanin, ministre des comptes publics. Pour leurs vacances en Corse, les deux amis, transfuges du parti Les Républicains, ont choisi une grande villa de 180 m2 les pieds dans l’eau, louée 4 000 euros la semaine et magnifiquement située en bordure du golfe de Lava, au nord d’Ajaccio. Un choix pour le moins troublant. La maison appartient en effet à Christelle Godani, miss Corse 1993 et surtout compagne de Gilbert Casanova, l’ancien président de la chambre de commerce d’Ajaccio et de la Corse-du-Sud, lourdement condamné par la justice. Tous deux ont chaleureusement accueilli le duo ministériel lors de son arrivée dimanche soir.

 

Source : mediapart.fr

Share Button

Yannick Noah L’IMPÔT

 

Yannick Noah définitivement condamné par la justice !

Au terme de plus de 20 ans de procé­dure !

 

La ques­tion de son exil fiscal est un boulet que Yannick Noah traîne depuis des années.

En 2012, alors qu’il soute­nait la campagne de François Hollande, la droite lui avait repro­ché de ne pas être en règle avec les impôts. Une commis­sion d’enquête séna­to­riale l’avait soumis à un inter­ro­ga­toire, ce qui l’avait parti­cu­liè­re­ment agacé. Fina­le­ment, le spor­tif et chan­teur s’était livré à une opéra­tion-vérité, publiant son dossier fiscal l’an dernier pour faire cesser les accu­sa­tions d’exil fiscal.

Malheu­reu­se­ment pour lui, le Conseil d’État vient de statuer en dernier recours et a défi­ni­ti­ve­ment établi que oui, Yannick Noah n’avait, à l’époque, pas payé tout ce qu’il aurait dû régler aux impôts, rapporte BFM.

 

Source : minutepeople.press

Share Button