Edouard Philippe COUTE QUE COUTE MAGAZINE

 

Après le « logement à durée déterminée », Edouard Philippe s’attaque aux APL;

Le 4 juillet à l’Assemblée Nationale, le nouveau premier ministre, Édouard Philippe prononçait son discours de politique générale, au cours duquel il a abordé la thématique des « aides publiques inactives » qu’il déclare vouloir « repenser ». Il a pris comme exemple à cela les aides au logement qui coûtent cher et ne produisent « pas assez de résultat ».

 

On voit qu’une fois de plus, c’est aux prestations sociales qui profitent à un grand nombre et qui sont souvent nécessaires voire vitales pour leurs bénéficiaires, que le gouvernement veut s’en prendre. On peut d’ailleurs trouver cela assez cynique l’usage de morts tels que «  aides publiques inactives et [d’absence de production] de résultat  », le tout témoignant par les éléments de langage d’une volonté de plus en plus pressante d’entrer dans une ère de la rentabilité à tout prix ; « projet, résultat, profit ». Effectivement, de ce point de vue, aider les salariés les plus démunis à se loger –et donner un petit coup de pouce financier pour d’autres– ne rapporte rien aux capitalistes.

 

De nombreux arguments sont levés en bloc contre les aides aux logement, mais finalement ; de la part du gouvernement, c’est très clairement un pas supplémentaire vers la précarisation des classes les plus précaires, mais aussi de ceux qui ont la chance d’avoir un emploi. En effet, sous couvert de réduction des déficits publics, il semble qu’Édouard Philippe va tenter de couper dans les aides aux plus démunis.

Share Button

Edouard Philippe LE BOURREAU DU ROI

le bourreau du Roi Macron 1er a fais son œuvre pour son seigneur et maitre.

Hausse de la CSG et taxe d’habitation : les retraités vont trinquer.

Edouard Philippe a confirmé lors de son « discours de politique générale » prononcé devant l’assemblée nationale mardi, la suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage dès le 1er Janvier 2018. Cette mesure sera compensée par une hausse de la CSG de 1,7 point, qui touchera non seulement les salariés mais aussi, et en premier lieu, 60% des retraités, qui verront baisser leurs pensions dès le début de l’année prochaine.

 

Source : revolutionpermanente.fr

Share Button

Bruno Le Maire LE BON COIN

 

Bruno Le Maire annonce « d’importantes cessions d’actifs » de la part de l’État.

 

L’État français surveille de près le chantier des deux réacteurs EPR d’Hinkley Point en Angleterre. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a demandé lundi 3 juillet au PDG d’EDF de présenter d’ici la fin du mois un « plan d’action rigoureux » pour s’assurer de la maîtrise des surcoûts et du calendrier. Ce plan d’action, qui devra être présenté au conseil d’administration d’EDF, devra permettre, aux yeux de l’État, de « conforter le calendrier du projet » et de « réduire autant que possible l’impact financier de cette réévaluation et d’assurer une maîtrise rigoureuse des risques du projet », a dit le ministre dans un communiqué.

EDF a revu à la hausse lundi de plus de 1,8 milliard d’euros le coût des deux futurs réacteurs EPR britanniques d’Hinkley Point (sud-ouest de l’Angleterre), un surcoût qui s’explique selon le groupe par « une meilleure appréhension du design », ainsi que « du volume et du séquencement des travaux sur site et de la mise en place progressive des contrats fournisseurs ». Par ailleurs, les deux EPR, dont le premier doit être mis en service fin 2025, pourraient être livrés plus tard que prévu. EDF évoque un « risque » de retard de 15 mois pour le premier réacteur, et de 9 mois pour le second.

Le ministre de l’Économie a également demandé au patron d’EDF Jean-Bernard Levy que « les causes précises de cette réévaluation » ainsi que « les facteurs de risques du projet […] et le contenu de la revue du projet » soient « analysés » au sein du conseil d’administration de l’électricien français. L’impact de ce surcoût « sur le taux de rendement du projet reste limité », a-t-il néanmoins précisé. Depuis l’annonce du projet, la facture de ce chantier colossal n’a cessé de faire polémique en Grande-Bretagne, où certains dénoncent l’impact pour les consommateurs britanniques de l’accord signé avec le gouvernement.

 

Source : lepoint.fr

Share Button

Emmanuel Macron LA VIE AQUATIQUE

Macron, l’apprenti sous-marinier VRP de la dissuasion nucléaire.

Le chef de l’État a visité mardi le sous-marin nucléaire Le Terrible, stationné sur les côtes de Brest. Il a été hélitreuillé avant d’entamer une plongée.

Tom Cruise n’a qu’à bien se tenir. Le président Emmanuel Macron a marqué ce mardi son attachement à la dissuasion nucléaire, « clé de voûte de la sécurité » de la France, en embarquant à bord d’un des sous-marins atomiques de la base de l’île Longue, près de Brest. Avant lui, seuls Valéry Giscard d’Estaing, en 1974, et François Hollande, en 2012, avaient fait de même.

 

Au lendemain de son discours devant le Congrès, et alors que son Premier ministre livrait son discours de politique générale, le chef de l’État a passé environ deux heures sur la base ultra-secrète bretonne, qui abrite les quatre sous-marin nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la Force océanique stratégique (FOST).

 

Source : lexpress.fr

Share Button

Emmanuel Macron LE ROI-SOMMEIL

#CongresVersailles

Macron parle, les twittos s’ennuient et le font savoir.

Le discours d’Emmanuel Macron aura duré 1 heure 20. Et pendant ces 80 minutes, les twittos s’en sont donné à cœur joie.

 

Voir les tweets : lavoixdunord.fr

 

 

Share Button

Emmanuel Macron LES RIENS DU TOUT

Emmanuel Macron évoque les «gens qui ne sont rien» et suscite les critiques.

 

Lors de son discours d’inauguration de la Station F à Paris jeudi, où un millier de start-up sont accueillies, le président a évoqué «des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien». La formule, largement reprise, suscite des réactions d’anonymes et de personnalités politiques.

Son discours se voulait un parallèle entre son parcours politique et celui d’un entrepreneur. Mais une phrase choisie par Emmanuel Macron lors de l’inauguration jeudi de la Station F, campus géant dédié aux start-up et initié par Xavier Niel, a éclipsé le reste. «Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien», a affirmé Emmanuel Macron à la Halle Freyssinet. La référence renvoie au passé du lieu, dépôt ferroviaire jusqu’en 2006, le long des voies de la gare d’Austerlitz.

Le président de la République a filé cette métaphore pendant son discours. «Ne pensez pas une seule seconde que si demain vous réussissez vos investissements ou votre start-up, la chose est faite. Non, parce que vous aurez appris dans une gare, et une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien, parce que c’est un lieu où on passe, parce que c’est un lieu qu’on partage», a-t-il dit dans le détail.

Et de conclure: «N’oubliez jamais en faisant changer» votre pays «que vous devez le faire changer pour longtemps, que vous avez à chaque instant cette responsabilité d’être né ou d’avoir grandi aussi dans cette gare, à Paris, en France, en Europe, quelque part dans le monde, et que cela vous l’emmènerez tout au long de votre vie.» L’extrait du discours a été posté dans la soirée sur le compte Twitter d’Emmanuel Macron.

Source : lefigaro.fr

Share Button