Hollande/Macron la passation

la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron

Après un entretien avec son prédécesseur, Emmanuel Macron a été officiellement investi dans ses fonctions de président. Retour sur les étapes marquantes de cette matinée historique.

Il est officiellement devenu le plus jeune président de l’histoire de la République. Une semaine jour pour jour après son élection, Emmanuel Macron a reçu les pouvoirs de son prédécesseur, François Hollande, à l’issue d’une cérémonie à l’Élysée.

 

● 10h: la poignée de mains sur le perron

Arrivé à l’Elysée à bord d’une Renault Espace blindée de la présidence, Emmanuel Macron a remonté d’un pas lent le tapis rouge devant un détachement de la Garde républicaine, avant d’être accueilli par son prédécesseur sur le perron du palais présidentiel. Les deux hommes ont échangé une poignée de mains de quelques secondes. François Hollande, souriant, a brièvement posé la main sur l’épaule de son successeur, avant que tous deux ne gagnent le bureau présidentiel – le Salon d’or du premier étage – pour un entretien d’une heure. Une entrevue plus longue que prévu au cours duquel François Hollande a livré à son successeur quelques secrets d’Etat dont les fameux codes de l’arme nucléaire.

 

●  11h09: le départ de Hollande sous les applaudissements

À l’issue de son entretien avec Emmanuel Macron, François Hollande a été reconduit jusqu’à sa voiture, sous les applaudissements du personnel de l’Elysée et du nouveau président. Le chef de l’Etat sortant s’est ensuite dirigé vers le siège du Parti socialiste rue de Solférino, où il a été applaudi. «Je laisse la France dans un état bien meilleur que celui que j’ai trouvé», a-t-il déclaré. «Il faut toujours faire le choix de la réussite de la France», a-t-il ajouté, invitant implicitement les socialistes à être conciliants avec Emmanuel Macron.

 

Source & Suite : lefigaro.fr

Share Button

Jean-Luc Melenchon MARSEILLE

Législatives 2017 à Marseille: Entre Jean-Luc Mélenchon et Patrick Mennucci, c’est la guerre des clichés sur les Marseillais.

 

En annonçant sa candidature officielle jeudi 11 mai, le candidat malheureux à la présidentielle avait assuré vouloir « offrir une bouillabaisse » à son concurrent, qui n’a pas du tout apprécié la plaisanterie. « Il fait tout pour passer pour un Marseillais, bientôt il va se mettre à jouer aux boules et à boire du pastis… », a rétorqué le député PS sortant, y allant lui aussi dans les clichés.

Bien sûr, l’OM a aussi été évoqué. « Si on épouse Marseille, on prend l’OM avec et c’est normal », a assuré Jean-Luc Mélenchon sur France Inter.

Quant à la fameuse bouillabaisse proposée « il se la mangera tout seul », a assuré Patrick Mennucci.

Share Button

Le Pen Dupont-Aignan La rupture

L’accord entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan n’a pas survécu à la présidentielle. Les deux partis feront candidats séparés.

Nouveau coup dur pour le FN. Ce samedi avait lieu un conseil national élargi aux candidats aux législatives de Debout la France pour se mettre d’accord sur un éventuel accord en vue des législatives. Selon un membre présent lors de cette réunion, Nicolas Dupont-Aignan devrait annoncer lundi au micro de Jean-Jacques Bourdin qu’il ne pactisera pas avec Marine Le Pen pour cette élection. Debout la France présentera donc des candidats dans les 577 circonscriptions.

Lors de cette réunion où les esprits se sont parfois échauffés, plusieurs cadres se sont montrés favorables à un accord qui prévoyait que chaque parti retire mutuellement des candidats dans plusieurs circonscriptions pour favoriser les candidats de l’autre…..

Source & Suite : lepoint.fr

Share Button

Macron/Gerin Rabbi Macron

Législatives : la République en Marche retire un candidat pour des tweets antisionistes.

Quand les organisations font leur loi …

Le Crif a demandé le retrait d’un autre candidat. Et continue d’examiner le profil des personnes investies par le mouvement d’Emmanuel Macron.

La fameuse liste de 428 candidats de la République en marche ! n’en finit plus d’être amendée. Après les couacs de la première version publiée jeudi, elle a connu une nouvelle actualisation vendredi après-midi. La raison ? La mise en cause d’un des candidats aux législatives du mouvement d’Emmanuel Macron par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

Source & Suite : leparisien.fr

Share Button

Macron bébé joue avec le code du travail

 

Macron met sur les rails une loi El Khomri taille XXL pour l’été.

 

Emmanuel Macron sait bien qu’il n’a pas encore gagné la partie. La secrétaire d’État qui le soutient, Juliette Méadel, a beau estimer que les 66,1 % des voix qu’il a recueillies dimanche sont « un blanc-seing » pour « aller au bout de sa réforme du droit social et du Code du travail », son projet n’a pas obtenu l’adhésion des Français, en particulier du côté de cette majorité qui s’est opposée à la loi El Khomri au printemps 2016. Celui qui rentrera à l’Élysée à la fin de la semaine espère donc jouer de l’effet de surprise en passant par des ordonnances au cœur de l’été…

 

Source & suite : humanite.fr

Share Button

Macron Valls mon voisin le tueur

Macron, un si gentil tueur.

Macron est un sympathique tueur politique aux yeux d’azur candide.

La façon dont il traite Valls n’a rien d’une quelconque vengeance pour lui faire payer ses remontrances publiques lorsque le président tout neuf était ministre de l’Economie. Emmanuel Macron n’a pas ce genre de passion. Il tue par méthode et non par colère.

Il fait plutôt d’Emmanuel Valls un exemple pour les socialistes qui sont tentés de le rejoindre : si vous voulez une investiture aux législatives, ce ne sera pas la rose au poing que vous viendrez, mais avec une corde au cou, signe que vous acceptez de concourir sous mes propres couleurs. Il ne s’agit pas de redonner un second souffle au PS moribond mais bien de l’achever pour faire place nette.

Source : Serge Houssard

Share Button