Emmanuel Macron PAPARAZZI

Affaire du paparazzi: la plainte que Macron a voulu retirer classée sans suite.

Un retrait de plainte sans grande valeur

Cette information, si elle ne contredit pas la communication de la présidence, vient en amoindrir la portée. Contacté, l’avocat de Thibault Daliphard confirme ces faits à L’Express. « J’ai reçu vendredi un courrier du 11 août de la part du parquet de Marseille me faisant savoir que l’affaire était classée pour défaut d’infraction », relate le conseil. Selon lui, aucune mention d’un quelconque retrait de plainte ne venait appuyer la décision de la justice.

Cette justification signifie que la justice a considéré, au-delà de tout retrait de plainte, qu’aucun des faits reprochés à Thibault Daliphard n’étaient constitutifs d’une infraction. Il est en effet nécessaire de rappeler qu’en l’état, un retrait de plainte n’implique en aucun cas un arrêt des poursuites. Seules deux exceptions existent en droit français, en dehors de la médiation pénale: l’injure et la diffamation. Deux faits qui n’étaient pas reprochés par le président de la République au photographe. Quand bien même l’Elysée avait retiré sa plainte par « souci d’apaisement », le juge restait totalement fondé à rechercher la commission d’une éventuelle infraction, dès lors que l’information judiciaire avait été ouverte.

Egalement joint, l’Elysée s’est refusé à tout commentaire sur cette fameuse décision du parquet de Marseille. La plainte a été retirée le 4 septembre, fait savoir le palais: « le président a dû considérer que le sujet était derrière lui et souhaitait apaiser les choses ». L’information a été relayée 10 jours plus tard par Challenges. Un article signé de la main de l’éditorialiste Nicolas Domenach, le jour où 14 éditorialistes ont été reçus, selon Le Monde, à l’Elysée par son nouveau-porte-parole, Bruno Roger-Petit. Trois jours après le classement sans suite du parquet de Marseille.

 

Source : lexpress.fr

Share Button

Marine Le Pen POUR MES PETITS ARYENS

Pour booster ses adhésions, le FN offre une photo dédicacée de Marine Le Pen.

 

Le Front national a toujours fonctionné ainsi : la figure du chef est la plus importante des données. Il n’y a qu’à voir comment les militants scandent le prénom de Marine Le Pen durant les meetings ou comment les cadres du parti se retranchent derrière leur présidente dès qu’un semblant de conflit apparaît entre deux positions internes. « Il n’y a qu’une ligne, celle de Marine », a-t-on coutume de répéter. Bref, le culte de la personnalité est grand dans cette famille.

Le FN a toutefois franchi une étape. Jeudi 14 septembre, le parti a adressé à ses sympathisants un mail signé Marine Le Pen. Son objet est aguicheur :

 

Exclusif : on vous l’offre en cadeau !

Oh mais mon dieu, quel est donc ce cadeau que compte faire le FN à ses adhérents ? Attention, on espère que vous êtes bien en place parce que ça défrise. Le cadeau n’est autre qu’une photo dédicacée de Marine Le Pen. Oui. Une. Photo. Dédicacée. De. Marine. Le. Pen

La preuve en image :

 

Pour ceux qui refuseraient d’adhérer à un parti politique uniquement pour obtenir une photo dédicacée de Marine Le Pen, le mail contient un court extrait du discours de la cheffe frontiste, le 9 septembre, à Brachay. « Nous savons ce qui fait notre Nation et ce qu’elle nous apporte. Mes amis, la tâche est grande, mais aussi exaltante. Elle nous impose de se libérer du doute et de l’irrésolution », peut-on lire notamment. C’est bien mais bon, soyons honnête : par rapport à une image dédicacée de Marine Le Pen, ce n’est quand même pas foufou.

 

Source :  lelab.europe1.fr

Share Button

Stephane Bern BERN LE BRICOLEUR

Patrimoine : Emmanuel Macron confie une mission à Stéphane Bern. L’animateur de RTL, proche du couple Macron, se voit confier une mission bénévole par l’Élysée pour sauver le patrimoine en péril.

à l’occasion des Journées du patrimoine, Emmanuel Macron a décidé de confier une mission bénévole à Stéphane Bern, animateur de France 2 et RTL. Un travail qui portera en particulier sur le petit patrimoine en péril. Sa mission consistera à identifier les monuments à rénover en priorité et chercher des moyens de financement, a fait savoir l’Élysée.

« Le président de la République a décidé de me confier cette mission parce que j’ai une certaine légitimité, lui semble-t-il, en matière de sauvegarde du patrimoine national. C’est l’affaire de tous », a déclaré Stéphane Bern au micro de RTL. « C’est bénévole. Je n’ai pas de bureau, pas de salaire », précise le présentateur spécialiste de l’histoire.

 

Une lettre de mission et un objectif fixé sur six mois vont être confiés à l’animateur, qui sera chargé d’établir une liste des monuments et des bâtiments en péril. Son créneau : identifier en priorité les trésors méconnus du patrimoine français, ceux que les petits propriétaires ou les communes peinent à entretenir. « J’appellerai dans les prochains jours tous les acteurs du patrimoine pour qu’on se mette autour d’une table », annonce Stéphane Bern, pour qui la sauvegarde du patrimoine représente « sans doute la chose la plus importante » pour lui.

L’Élysée a formulé une autre demande à Stéphane Bern : proposer des pistes nouvelles pour le financement de ces rénovations que l’État n’a plus les moyens d’assumer.

L’Élysée satisfait de « mettre à profit sa notoriété »

Une mission qui n’est pas surprenante pour ce soutien proche d’Emmanuel Macron. Stéphane Bern faisait partie des invités de la Rotonde, le soir du premier tour de l’élection présidentielle. « Ça n’a rien à voir avec la proximité qu’on peut avoir avec le chef de l’État. Auparavant déjà, avec Fleur Pellerin, il avait été question d’une telle mission. Je n’ai pas attendu de changement de président pour m’intéresser au patrimoine », se défend l’intéressé.

Dans une interview au Parisien – Aujourd’hui en France en avril dernier, l’animateur avait expliqué qu’il « ne briguait aucun poste de conseiller ni quoi que ce soit ».

Pour les Journées du Patrimoine, samedi 16 septembre, Stéphane Bern a ainsi débuté sa mission en accompagnant le chef de l’État sur les traces d’Alexandre Dumas. Du côté de l’Élysée, l’entourage du président se réjouit de « mettre à profit sa notoriété ».

 

Source : rtl.fr/actu/politique

Share Button

Emmanuel Macron CAMPING

 

Macron dormant sur un lit de camp: le coup de com’ de l’Élysée.

L’entourage d’Emmanuel Macron a fait connaître les conditions « spartiates » de la visite du président de la République dans les Antilles, censées montrer sa proximité avec la population locale.

 

Source : bfmtv.com

Share Button

Pascale Fontenel-Personne L’ASSEMBLÉE NATIONALE

 

Sereinement, une députée En Marche facture des visites guidées de l’Assemblée…

 

Oups ! Quand une députée de la République En Marche organise des visites de l’Assemblée… facturée par son entreprise.

Nos confrères de Marianne dévoilent une information plutôt gênante pour Pascale Fontenel-Personne, députée En Marche de la Sarthe. Députée oui, mais également… présidente d’une entreprise de voyages touristiques. Surprise révélée par nos confrères : sur le site de l’agence de voyage, sont proposées des visites de l’Assemblée nationale – en présence de la députée – facturées… 119 euros !

“La députée Pascale Fontenel-Personne, élue dans la 3e circonscription de la Sarthe,  a trouvé le moyen de concilier son job de parlementaire avec son activité de cheffe d’une PME. Cette femme de 55 ans dirige avec son mari, Dominique Personne, une société qui organise des excursions touristiques pour les seniors : Access Tour Le Mans. Et elle a justement trouvé le moyen de faire de son mandat… un argument touristique (…) Dans la brochure de fin d’année 2017, qui liste les sorties à la journée organisées à Paris et alentour par Access Tour, on trouve Montmartre, le marché de Rungis, le Louvre, le château de Versailles… mais aussi l’Assemblée nationale. Deux visites y sont prévues d’ici à la fin de l’année, le jeudi 12 octobre et le lundi 4 décembre » explique l’hebdomadaire dans son enquête.

Même si les parlementaires ont le droit d’accueillir des groupes de visite, tout ceci est très codifié. Il est bien spécifié dans le code de déontologie de l’Assemblée nationale que ces visites doivent être gratuites ! La parlementaire Pascale Fontenel-Personne aura certainement à relire le règlement.

 

Source : valeursactuelles.com

Share Button

Marine Le-Pen SAOULÉE

Marine Le Pen est saoulée de voir Mélenchon lui piquer la place de premier opposant à Macron.

 

À 600.000 voix près, Jean-Luc Mélenchon était au second tour de l’élection présidentielle. À plusieurs millions de voix près, il était même élu dès le premier tour. Mais cela ne s’est pas passé comme l’ancien candidat de La France insoumise l’aurait souhaité et Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle, juste devant Marine Le Pen.

Cette dernière, justement, commence à en avoir ras-le-bol de la prédominance du leader de La France insoumise dans  le paysage politique français. Et gna gna gna c’est moi la seule opposition. Et gna gna gna j’aurais pu gagner la présidentielle. Et gna gna gna on va faire tomber Emmanuel Macron. Non mais ça va bien cinq minutes oui ! Marine Le Pen tient tout de même à rappeler que c’est elle la finaliste de la présidentielle, pas jean-Luc Mélenchon. Rappelez-vous.

 

Citée par Paris-Match ce mercredi 6 septembre, Marine Le Pen met des mots sur son exaspération :

 

Mélenchon par-ci, Mélenchon par-là, je n’en peux plus ! À croire que c’est lui qui est arrivé au second tour !

Jean-Luc Mélenchon est, il est vrai, très présent sur la scène politico-médiatique en cette rentrée 2017. Après avoir bien occupé l’espace lors des discussions, à l’Assemblée nationale, sur le projet de loi donnant autorisation au gouvernement de modifier le code du travail par ordonnances, les Insoumis sont en première ligne contre les réformes voulues par Emmanuel Macron.

Le quatrième homme de 2017 l’a bien compris ; il ne manque pas de souligner, à l’occasion, le manque d’action observé du côté frontiste. Mardi, sur BFMTV, Jean-Luc Mélenchon a largement critiqué le FN à ce sujet. « Le Front national, j’ai toujours dit que c’était quelque chose qui ne servait à rien. Il le démontre », a-t-il déclaré, ajoutant :

Ils sont là-haut [à l’Assemblée] sept, ils n’utilisent aucun de leurs droits de parlementaires. Ils pourraient intervenir sur tous les amendements, sur tous les articles de la loi travail, on ne les a jamais entendus. Ce sont des gens qui ne servent à rien. Ils ont renoncé à leur tâche de représentation politique.

Différence de taille tout de même : La France insoumise a un groupe parlementaire, pas le FN.

 

Source : lelab.europe1.fr

Share Button