E.Macron B.Macron LE CHEFAILLON

Privés d’emplois familiaux, les députés s’agacent du statut promis à Brigitte Macron

 

Des députés de droite comme de gauche dénoncent une incohérence de l’exécutif, alors que la loi s’apprête à interdire le recours aux emplois familiaux à l’Assemblée Nationale.

«Faites ce que je dis mais pas ce que je fais!», enrage sur Twitter ce mardi l’ancien ministre et député LR Thierry Mariani. En cause, le statut et le budget dont devrait bientôt disposer la première dame Brigitte Macron, comme l’avait annoncé son époux de président. Une disposition inédite, et qui vise à plus de transparence, mais qui intervient «au même moment où l’on fait interdire les “emplois familiaux” au Parlement», fustige le fondateur de la Droite Populaire. Et l’ex-représentant des Français de l’Étranger n’est visiblement pas le seul à dénoncer ce qui apparaît comme une contradiction, si ce n’est une injustice.

À gauche également, la perspective de voir officialisé le rôle de Brigitte Macron irrite. Invité ce matin de l’émission Territoires d’infos sur Sud Radio – Public Sénat, le député socialiste Luc Carvounas relève:«Dans l’histoire des couples présidentiels, les premières dames ont toujours eu des activités bénévoles». «Je ne vois pas pourquoi la femme du chef de l’État aurait un budget sur de l’argent public. On est en train de nous dire qu’il faut recruter des centaines d’administrateurs à l’Assemblée pour contrôler tous nos tickets de caisse, et on va allouer un budget à la femme du chef de l’État, je ne suis pas d’accord», s’agace encore le maire d’Alfortville (94). Un sentiment d’incohérence également dénoncé du côté de la gauche radicale, comme l’illustre le député Eric Coquerel. «Brigitte Macron serait donc une collaboratrice. Pourtant on va interdire aux députés d’employer leur famille non?», s’interroge-t-il sur Twitter.

Déjà près de 200 courriers quotidiens

L’officialisation du statut de Brigitte Macron n’est pourtant pas une surprise. Emmanuel Macron avait promis de clarifier les fonctions de son épouse, afin de rompre avec le flou qui prévalait jusqu’ici pour le statut des conjointes des chefs d’État français. Elle dispose actuellement d’une équipe de deux à trois collaborateurs et de deux secrétaires. Deux agents de sécurité assurent par ailleurs sa protection. Très sollicitée par courrier par les Français, son cabinet indiquait il y a peu au Figaro qu’elle reçoit près de 200 lettres quotidiennes. Si les fonctions précises qui seront attribuées à Brigitte Macron ne seront connues qu’après l’été, on sait déjà que la première dame souhaite agir en faveur de la scolarisation des enfants hospitalisés et pour soulager les difficultés rencontrées par les personnes handicapées.

En plus d’une équipe, la première dame aura donc un budget pour le fonctionnement de ses activités et la rémunération de ses collaborateurs. Si le montant précis du budget que mobilisera Brigitte Macron ne peut pas encore être déterminé, le magazine Capital s’est essayé à comparer ce qu’avaient coûté les précédentes premières dames au trésor public. Valérie Trierweiler s’était par exemple entourée de cinq collaborateurs qui avaient coûté 396.900 euros brut sur l’année 2013. De son côté Carla Bruni mobilisait près de 600 000 euros pour les 8 collaborateurs qui l’accompagnaient.

Source : msn.com/fr-fr/actualite

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *