Emmanuel Macron Donald Trump OVER THE TOP

La « féroce » poignée de main de Macron et Trump a emballé la presse américaine.
Habitués à voir leur président malmener ses interlocuteurs, les journalistes américains ont littéralement disséqué l’échange entre les deux présidents.

 

C’était un moment manifestement très attendu par la presse outre-Atlantique. Le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump se sont rencontrés pour la première fois ce jeudi 25 mai à l’occasion d’un déjeuner diplomatique qui s’est tenu à l’ambassade des Etats-Unis à Bruxelles. Si les deux chefs d’Etat ont échangé des amabilités devant les caméras, leur longue et ferme poignée de main a passionné les médias américains qui ont littéralement disséqué le geste sur les réseaux sociaux et dans leurs colonnes.

Il est vrai que Donald Trump a tendance à serrer la main de ses interlocuteurs avec une vigueur peu commune, les attirant parfois brutalement à lui d’un geste bien peu diplomate. Une habitude dont plusieurs dirigeants étrangers ont déjà fait les frais et qui fait à chaque fois couler beaucoup d’encre dans la presse américaine.

 

Un autre compte-rendu de la rencontre réalisé par le chef du Washington Post à la Maison Blanche faisait lui aussi état d’une poignée de main « d’une durée prolongée ». « Les deux présidents se sont attrapés la main avec une intensité extrême, leurs jointures tournant au blanc, les mâchoires serrées et les visages fermés ».

Macron, un « mâle alpha » à la main ferme

L’analyse politique de cette poignée de main réalisée par certains de nos confrères américains vaut elle aussi le détour. « Trump et Macron apprennent à se connaître avec une poignée de main féroce », titre le Washington Post pour qui le président français « a signalé par sa ferme poigne à son homologue américain qu’il n’était pas le seul mâle alpha dans la pièce ».

Un journaliste du journal britannique The Guardian est allé jusqu’à qualifier la poignée de main de « jujitsu ».

 

Source : huffingtonpost.fr

Share Button

Donald Trump FAIS GAFFE A LA GAFFE

Etats-Unis : nouvelle gaffe de Donald Trump, qui révèle que deux sous-marins américains croisent près de la Corée du Nord.

Le président des Etats-Unis a une nouvelle fois révélé une information sensible à un dirigeant étranger, le président philippin Rodrigo Duterte.

 

Nouvelle bourde de Donald Trump. Le président américain a informé le président philippin Rodrigo Duterte que les Etats-Unis avaient envoyé deux sous-marins nucléaires au large de la Corée, rapportent mercredi 24 mai le New York Times et Buzzfeed. Une sortie qui soulève de nouvelles questions sur la capacité du président américain à traiter d’informations sensibles. « On ne parle jamais des sous-marins ! », se sont exclamés trois responsables du Pentagone interrogés par Buzzfeed.

« Une grande puissance de feu là-bas »

Les deux médias s’appuient sur une transcription rédigée par les services philippins de la conversation téléphonique que les deux dirigeants ont eue le 29 avril. Elle a fait l’objet d’une diffusion « confidentielle » par la division des Amériques du ministère philippin des Affaires étrangères. Selon ce verbatim, Trump a déclaré à Duterte que les Etats-Unis avaient « une grande puissance de feu là-bas ». « Nous avons deux sous-marins – les meilleurs du monde. Nous avons deux sous-marins nucléaires, non pas que nous voulions nous en servir du tout », continue-t-il.

Le New York Times s’est fait confirmer par un haut responsable de l’administration Trump que la retranscription philippine était fidèle aux échanges entre les deux dirigeants. L’attitude du président américain en ce qui concerne des informations sensibles a déjà donné lieu à controverse. Il lui a été reproché d’avoir divulgué des renseignements sur l’Etat islamique émanant d’un pays tiers au chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et à l’ambassadeur russe à Washington, qu’il a reçus le 10 mai dans le bureau Ovale de la Maison blanche.

 

Source : msn.com

Share Button

Johnny Depp MAISON A VENDRE M6

Johnny Depp brade son domaine près de Saint-Tropez.

Il en voulait 50 millions. Mais l’acteur américain vient de revoir ses prétentions à la baisse. Le prix de vente de son domaine varois du Plan-de-La-Tour est désormais affiché à 35 millions d’euros.

L’acteur américain n’a toujours pas trouvé d’acheteur pour son extraordinaire domaine du Plan-de-la-Tour, en vente depuis juillet 2016.

Résultat? De 50 millions d’euros, son prix de vente passe à 35 millions d’euros, révèle Capital, qui a contacté l’agence cannoise Michaël Zingraf, en charge de la vente.

Un regain de visites

A ce prix-là, le site de 15 hectares, où Johnny Depp a séjourné durant près de 15 ans avec Vanessa Paradis et leurs deux enfants Lily-Rose et Jack, pourrait trouver (richissime) preneur.

Le futur acquéreur pourra profiter d’une douzaine de chambres, d’un restau­rant, de plusieurs piscines, d’une chapelle, de différentes piscines… Il s’agit d’un véritable village sur près 1 000 mètres carrés habi­tables !

L’agence Michaël Zingraf assure d’ailleurs enregistrer, depuis la baisse du prix, un regain de visites de la part de riches clients européens ou chinois.

Source : ledauphine.com

 

Share Button

Kilian Jornet OVOMALTINE !!!

L’« ultraterrestre » Kilian Jornet gravit l’Everest, en vingt-six heures et sans oxygène

Avec cette ascension exceptionnelle, le Catalan boucle son projet Summits of my life, qui lui a permis d’affoler les chronomètres sur les points culminants de chaque continent.

Le programme de la journée était chargé. Plus de 3 800 mètres de dénivelé positif, dont 30 kilomètres de moraines, et 2 300 mètres d’ascension sur une pente à plus de 50 degrés. En vingt-six heures, l’Espagnol Kilian Jornet a conquis, dans la nuit du 21 au 22 mai, les 8 848 mètres de l’Everest, sans oxygène et sans corde fixe.

Le champion d’ultratrail a choisi la voie nord, par le Tibet, pour grimper le mythique sommet. Cette ascension, considérée comme plus difficile que par la voie népalaise, prend en moyenne entre trois et cinq jours pour un alpiniste acclimaté.

Kilian Jornet est parti à 22 heures du monastère de Rombuk (5 100 m). Dans un communiqué publié sur son site Internet, le Catalan a donné une brève analyse de son ascension :

« Jusqu’à 7 700 m d’altitude, je me sentais bien, et tout s’est passé comme prévu. Ensuite, j’ai commencé à avoir des problèmes d’estomac, certainement dus à un virus. A partir de là, j’ai dû progresser plus lentement, et m’arrêter très souvent pour récupérer. Malgré tout, je suis parvenu au sommet à minuit [le lendemain]. »

Cette douleur l’a toutefois empêché de …

Suite ici : lemonde.fr

Share Button

Bill Gate PROFESSEUR FOLDINGUE

Poutine accuse Bill Gates d’être derrière la propagation du virus Ebola et Zika!

 BILL GATES DANS LE VISEUR DE POUTINE

Le président russe Vladimir Poutine a accusé Bill Gates, le milliardaire philanthrope, d’avoir activement participé à la propagation de l’épidémie d’Ebola au Congo et également ailleurs où ce virus a déjà causé des massacres. L’homme fort du Kremlin affirme qu’il aurait «expérimenté» ce virus sur des démunis vivant dans les villages.

Poutine affirme que le fondateur de Microsoft a expérimenté ce virus sur des tribus congolaises et également dans d’autres régions d’Afrique. Selon nos sources, ce serait avec une souche rare du virus Ebola dans le cadre d’un projet de recherche et de développement en «armes biologiques».

 

Les rapports détaillés et relayés par des médias occidentaux affirment qu’entre une à trois personnes sont mortes depuis le déclenchement dudit virus Ebola au Congo. Cela a été confirmé par l’Organisation mondiale de la santé jeudi dernier, alors que les médecins confirmaient dans le même temps que les victimes ont été tuées par une maladie très rare communément appelée « Souche du Zaïre » du virus.

Le personnel médical reste paralysé par l’apparition de cette maladie mortelle dans la province de Bas-Uele, une partie inconnue et éloignée du Congo. Un rapport en provenance du Kremlin affirme que le virus Ebola est une «arme biologique» modifiée dans le cadre d’un plan d’extarmination d’une partie de la race humaine.

 

 

Poutine aurait déclaré que les armes biologiques ont été développées dans les laboratoires de la fondation Gates. L’homme le plus riche du monde aurait comme objectif de réduire une partie de la population mondiale. C’est en tout cas ce que nous rapporte un document confidentiel des services de renseignement russes.

Le Kremlin a déclaré que le virus a été créé par «des organisations non gouvernementales». Ils ajoutent également dans le rapport que la principale organisation non gouvernementale très impliquée dans la propagation du virus Ebola serait la très célèbre Fondation Bill & Melinda Gates du milliardaire philanthrope Bill Gates.

Le président Poutine très inquiet et «perturbé par le risque que ce virus pourrait causer à l’échelle mondiale» avertit déjà Bill Gates des sanctions à venir. Il y aurait eu des réunions concernant la possibilité de sanctionner Bill Gates et ses ONGs ainsi de stopper ses plans visant à réduire l’humanité. Le président Poutine avait d’ailleurs interdit l’utilisation des biens et services de la société Microsoft dans tout le territoire Russe, pour des raisons de sécurité et de confidentialité.

Bien que traité par les médias occidentaux de «paranoïaque»  à l’époque, les dernières révélations de WikiLeaks en 2017 concernant la cohabitation entre Microsoft et la CIA ont démontré que Poutine avait déjà une longueur d’avance.

 

Source & Suite : tellmemoretv.com

Share Button

Christophe Castaner THE WALKING CASTANER

Code du travail. Castaner : « On n’a pas le droit de bloquer la France »

Christophe Castaner avertit les syndicats contre toute volonté de « bloquer la France », pour marquer leur éventuel désaccord avec le projet de réforme du droit du travail, alors qu’Emmanuel Macron reçoit les partenaires sociaux ce mardi.

« On n’a pas le droit de bloquer la France quand on n’est pas d’accord avec telle ou telle mesure, surtout quand elle était au coeur du projet présidentiel d’Emmanuel Macron », a déclaré Christophe Castaner sur France 2.

 

« Le dialogue est absolument nécessaire. Mais si le dialogue est utilisé pour empêcher… Je crois qu’on a besoin de libérer le travail. C’est donc important qu’on puisse se donner les moyens d’aller vite sur ces questions-là, les Français ne peuvent pas attendre », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

« Faire bouger les lignes »

« Il faut accepter ce dialogue, mais il faut aussi que les syndicats entendent la nécessité de faire bouger les lignes. Parce que l’objectif, c’est de faire en sorte que l’artisan de Barcelonnette, dans le nord de ma circonscription, puisse ne pas avoir peur d’embaucher un apprenti, d’embaucher un gars. C’est ça l’enjeu aujourd’hui », a-t-il également indiqué.

Selon lui, la méthode utilisée est différente de celle de la loi El Khomri, qui avait entraîné le plus fort conflit social du quinquennat Hollande.

Share Button