Emmanuel Macron Brigitte Macron RRRrrrr!!!

Les ministres ne tarissent pas d’éloges sur la première dame. Un moyen sûr de s’attirer les bonnes grâces du président

Pas besoin d’être grand clerc pour saisir l’affaire : sur Brigitte Macron, mieux vaut en faire deux fois trop que d’en dire trois fois rien. Le président n’est pas seulement pointilleux sur le sujet, il est à fleur de peau, capable de bouillir de rage parce que Jean-Michel Psaïla, le patron de l’agence photo Abaca, a évoqué, images à l’appui dans un reportage de Complément d’enquête diffusé sur France 2 il y a quelques mois, des clichés retouchés de la première dame, dont les rides auraient été effacées. « Ce type a insulté ma femme », fulmine son époux après la diffusion de l’émission, pas content pour longtemps. En la matière, soyons clair – dans l’esprit d’Emmanuel Macron, le pardon ne fait pas partie des options.

« Brigitte », c’est simple : aux yeux de son mari, on l’aime ou on l’aime. Certains ministres l’ont compris plus vite que d’autres. Dès le mois de juillet 2017, quelques semaines après sa nomination à la tête de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer se confie dans le Journal du dimanche. A propos de l’épouse du chef de l’Etat, ancien professeur de lettres, il dit : « Je perçois Brigitte Macron comme la prof idéale. » Rien de moins.

Brigitte Macron, la nouvelle Simone de Beauvoir ?

Au gouvernement, la première dame compte une autre groupie affichée : Marlène Schiappa. La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes n’a jamais rechigné à confier qu’elle était « très proche de Brigitte ». Dans un portrait qui lui est consacré, le Canard enchaîné rapporte que Schiappa, interrogée le 13 mars au consulat de New York sur les femmes qui, selon elle, symbolisent la France, évoque Simone de Beauvoir et Brigitte Macron. L’éloge est flatteur ; la liberté de blâmer, en revanche, semble s’être un peu perdue en route.

Personne n’est en reste, et surtout pas le chef de l’exécutif, premier de cordée enthousiaste, quasiment aveuglé par tant de qualités : « Brigitte Macron a une densité de réflexion et une profondeur culturelle impressionnante », s’enflammait Edouard Philippe en septembre dernier, cité par Le Figaro. Richard Ferrand, le patron des députés REM, juge sa présence « rayonnante » ; son homologue du Sénat, François Patriat, assure qu’elle « fait l’unanimité ». Un jour, peut-être, quelqu’un osera : « Mais qui est ce monsieur aux yeux bleus, à côté de Brigitte Macron ? »

 

Source : ICI

Share Button

Emmanuel Macron FOURBE MAGAZINE

 

Suppression de l’exit tax: des justifications qui laissent pantois

Notre président a récemment annoncé dans une interview au magazine Forbes qu’il entendait supprimer l’exit tax pour les entrepreneurs et les investisseurs dès 2019 ; en avançant au passage des justifications plus que fallacieuses. Cette annonce tonitruante n’a pas manqué de susciter une vague d’indignation parmi les Français ; bien légitime d’ailleurs puisque la suppression de ce dispositif anti-abus s’avère fortement contestable. En particulier à une époque où les contribuables surtaxés s’émeuvent toujours davantage devant l’évasion fiscale des plus aisés et des multinationales.

Qu’est-ce que l’exit tax?

Pour rappel, l’exit tax est un dispositif anti-abus créé en 1999 afin de lutter, entre autres, contre l’évasion fiscale des entrepreneurs français qui, jusqu’alors, pouvaient transférer leur domicile fiscal à l’étranger (en particulier en Belgique) afin d’échapper à l’imposition des plus-values réalisées lors de la cession de leur entreprise en France. Sanctionné par la CJUE en 2004 en raison des garanties qui étaient systématiquement demandées aux contribuables, et abrogé l’année suivante par la France, il a été réinstauré en 2011 par Nicolas Sarkozy (un président pourtant aussi «business friendly» qu’Emmanuel Macron!) et renforcé ultérieurement par François Hollande.

Share Button

Emmanuel Macron MACRON-LANTA NOUVELLE CALÉDONIE

 

Nouvelle-Calédonie: Pourquoi la visite d’Emmanuel Macron est très sensible

Le chef de l’Etat a commencé ce jeudi un déplacement de trois jours en Nouvelle-Calédonie, à l’occasion du trentième anniversaire de l’assaut de la grotte d’Ouvéa et à six mois d’un référendum sur l’autodétermination de l’île…

 

C’est sa première fois là-bas. Emmanuel Macron est arrivé ce jeudi en Nouvelle-Calédonie, où il est en déplacement durant deux jours. Une visite scrutée et attendue, à six mois du référendum sur l’autodétermination de l’archipel prévu le 4 novembre. Un scrutin à l’issue duquel la collectivité d’Outre-Mer pourrait retrouver sa pleine souveraineté, conformément aux dispositions de l’accord de Nouméa, et qui attise les tensions entre partisans de l’indépendance et leurs opposants, donnés majoritaires. Le chef de l’Etat se rendra aussi à Ouvéa à l’occasion du 30e anniversaire de l’assaut meurtrier de la grotte de Gossanah, où sa venue n’est pas souhaitée de tous, à commencer par les familles des victimes. Un déplacement à forte portée politique et symbolique, au cours duquel le chef de l’Etat sera attendu au tournant.

Un grand discours et des commémorations

A sa descente d’avion, le chef de l’Etat s’est dit « très heureux » de « venir ici dans une année qui est importante pour la Nouvelle-Calédonie ». Quelques mois après la visite de son Premier ministre sur l’archipel, Emmanuel Macron devrait rappeler les « valeurs communes » et l’histoire qui unissent les Français de métropolitains et de Nouvelle-Calédonie. « Ce sera d’abord l’occasion (…) de consacrer des moments importants de notre histoire commune, des moments qui ont pu être parfois douloureux, comme ceux que nous aurons à commémorer », soulignait-il en début de semaine, citant « l’anniversaire des 30 ans d’Ouvéa ».

 

Source : ICI

Share Button

Emmanuel Macron Lucy Turnbull DELICIOUS SMALL SUGAR

 

Australie: Emmanuel Macron crée le malaise en parlant de l’épouse du Premier ministre australien.

 

Petite boulette de traduction pour le chef de l’Etat français. Emmanuel Macron, en visite actuellement en Australie, a voulu remercier ce mardi lors d’une conférence de presse la femme du Premier ministre, Lucy Turnbull. « I want to thank you for your welcome, you and your delicious wife », a déclaré le président de la République.

Seulement voilà, le terme « délicieux » ne s’emploie jamais en anglais pour désigner une personne. Dans la langue de Shakespeare, « delicious » ne s’utilise que pour parler de la nourriture ou alors pour une allusion à connotation sexuelle, note le site Mashable.

 

Source : ICI

Share Button

E.Macron M.Turnbull DUNDEE JUNIOR

 

    « Pas de jour férié quand on est président de la République »

 

Le président de la République est arrivé en fin de journée à Sydney, pour une visite de trois jours, avant de se rendre jeudi en Nouvelle-Calédonie.

Emmanuel Macron est arrivé mardi en fin de journée en Australie pour une visite de trois jours durant laquelle où il entend « ancrer » la relation franco-australienne « sur le plan stratégique, économique, mais aussi scientifique, culturel et linguistique », et « acter un nouvel axe indo-pacifique », a-t-il déclaré à la presse à Sydney.

Il s’agit du 2e déplacement d’un chef de l’Etat en Australie, après celui de François Hollande en 2014. Après une petite déambulation dans la baie de Sydney, Emmanuel Macron s’est exprimé devant l’Opéra où il a été accueilli par le Premier ministre australien Malcolm Turnbull, avant un dîner officiel dans le prestigieux édifice en forme de coquillages.

 

Source : ICI

Share Button

Édouard Philippe CAMARON

 

Edouard Philippe occupe le terrain des affaires militaires

Le premier ministre devait assister, lundi, à la commémoration de la bataille de Camerone, combat mythique de la Légion étrangère. Plus que ses prédécesseurs, le premier ministre s’intéresse aux armées.

 

Aucun premier ministre n’avait jamais fait le déplacement pour cette occasion. Edouard Philippe devait se rendre à Aubagne (Bouches-du-Rhône), lundi 30 avril, afin de présider la cérémonie d’anniversaire de la bataille de Camerone, combat mythique qui opposa en 1863 les troupes mexicaines aux légionnaires français, envoyés par Napoléon III contrer l’expansionnisme américain. Lors de cette bataille, soixante-deux képis blancs, assiégés dans une hacienda, résistèrent plus d’une journée à l’assaut de 2 000 soldats mexicains. Avant lui, seul Pierre Messmer a visité régulièrement la Légion qu’il avait servie, mais pas pour Camerone, l’usage voulant que le gouvernement envoie le ministre des armées le 30 avril.

 

Source : ICI

 

Share Button