Richard Ferrand LE PERCHOIR DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

 

Richard Ferrand en route vers la présidence de l’Assemblée nationale, une prime à la casserole ?

La France est un des rares pays à s’interroger aussi longuement sur l’avenir politique de ses élus les moins scrupuleux.

Certes, l’information judiciaire ouverte depuis le 12 janvier 2018, suite à la plainte avec constitution de partie civile déposée par Anticor, est toujours en cours et n’a pas abouti à une condamnation…

On peut même noter que M. Ferrand n’est pas mis en examen dans cette affaire. Ses avocats ont, en effet, trouvé une combine pour dépayser le dossier à Lille, ce qui a permis de faire annuler l’interrogatoire de leur client, prévu le 26 mars 2018, devant les juges d’instruction en vue d’une éventuelle mise en examen. La France est, en effet, le paradis des manœuvres dilatoires pour tous ceux qui ne sont pas très pressés de prouver leur honnêteté.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.