Marine Le Pen HOMELESS

 

Faute d’argent, le RN ferme un tiers de ses permanences

 

« Jusqu’à présent, le siège prenait en charge 40 % du montant du loyer des permanences. Là, il n’est plus en mesure de le faire », soupire un cadre du parti. « Certaines permanences ferment, d’autres, comme à Nice, déménagent pour des locaux plus petits », abonde Jean-Lin La Capelle au Parisien, le délégué national aux ressources, en refusant toutefois de communiquer un chiffre de fermetures.

Dernier espoir pour le RN, attendre la nouvelle dotation de l’État en novembre.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.