Claire O’Petit BOURDESGIRL

 

De Mayotte aux APL, on vous présente Claire O’Petit, la députée abonnée aux bourdes

« Si à 18 ans (…) vous commencez à pleurer pour 5 euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? » avait notamment lancé la députée de La République en marche en juillet 2017.

 

« Mayotte est une ville extrêmement particulière… » En quelques mots, Claire O’Petit a installé la gêne sur le plateau de franceinfo, mardi 6 mars. Visiblement, la députée La République en marche ne connaissait pas la mobilisation qui agite ce département d’outre-mer depuis plusieurs semaines. Une bourde qui vient s’ajouter à de nombreuses sorties polémiques.

Quelques mois auparavant, la nouvelle députée s’était fait connaître pour une remarque au sujet de la réduction de cinq euros des APL. « Si à 18, 19 ans, 20 ans, 24 ans, vous commencez à pleurer pour 5 euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? », avait-elle lancé à un journaliste du Huffington Post.

Ancienne chroniqueuse des « Grandes Gueules »

Avant d’être élue députée, Claire O’Petit, commerçante, était déjà une habituée des petites phrases médiatiques. Pendant plusieurs années, elle est intervenue de nombreuses fois dans l’émission « Les Grandes Gueules », sur RMC. « Evidemment que le Parti socialiste, il n’y a pas plus raciste », lâchait-elle, par exemple, lors d’un de ses passages radiophoniques. Elle a aussi accusé les enseignants de venir en classe avec des « jeans dégueulasses » et des « cheveux qui sont pas possibles ». Et lâchait, toujours sur RMC : « Si nos lois étaient appliquées, je n’aurais pas peur d’un homme en djellaba. » 

Des déclarations qui lui avaient valu des critiques de la part de militants LREM au moment de son investiture par le parti. « Je ne me justifierai pas », avait alors répondu Claire O’Petit face à ses détracteurs, en mai 2017, auprès de France 3 Normandie.

 

Source : ICI

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.