Emmanuel Macron CORSICA TRIP

Emmanuel Macron a commencé son voyage en Corse par un hommage au préfet Erignac, assassiné il y a 20 ans. Il a réaffirmé son opposition à l’amnistie. Juste avant de rencontrer les élus corses…

On est toujours, avec Emmanuel Macron, dans le «en même temps». En même temps, le président de la République a tenu un discours de grande fermeté, en rendant hommage, vingt ans après son assassinat au préfet érignac. Et en même temps, il rencontrait hier soir les élus corses, et il est probable qu’un début de commencement de dialogue doive s’amorcer entre le chef de l’État, et des leaders qui ont des revendications prévisibles et une certaine légitimité pour les présenter.

«Sans amnistie»

La matinée d’hier avait des allures de rappel à l’ordre républicain. Emmanuel Macron avait demandé à Jean-Pierre Chevènement de participer à ce voyage : une présence lourde de sens, car l’ancien ministre de l’Intérieur de Lionel Josin n’a jamais caché un attachement indéfectible à une République totalement indivisible. Emmanuel Macron a aussi prononcé des phrases dures : «Cet assassinat ne se justifie pas, ne se plaide pas, ne s’explique pas. La Corse, terre de fierté et de dignité, a été salie par ce crime. La justice de la République a pu être rendue». Il a averti qu’elle serait «suivie sans complaisance, sans oubli, sans amnistie».

 

Source : ICI

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.